Accueil > Dossiers > Violoneux de Normandie

Violoneux de Normandie

vendredi 22 septembre 2017

Le violon était présent autrefois en Normandie dans les campagnes partout où les enquêtes ont mis en évidence la danse menée aux instruments. Il est resté en usage principal jusque dans l’entre-deux-guerres dans une partie du sud du Bocage bas-Normand, le Perche, les plateaux de l’Eure, le Pays de Bray... Dans l’est de la Normandie, il a existé une pratique d’orchestres de bal avec violon, accordéon, cuivres et vents... utilisant souvent (mais pas toujours) des supports de partitions écrites, imprimées ou manuscrites.

JPEG - 1003.1 ko
Partition de Louis Lefort, violoneux à Bellême (61)

Dans le Bocage, les témoignages de jeu en orchestre sont rares et les partitions encore plus ; le violoneux jouait seul, ou parfois avec un associé au violon ou à l’accordéon. Aux dires des témoins, la plupart des musiciens jouaient "à vue d’oreille", sans connaître "la musique" (c’est-à-dire le solfège), et sans avoir appris auprès d’un professeur. Les tenues de violon et d’archet sont peu, voire très peu académiques ! (violon tenu sur le bras...).

JPEG - 90.2 ko
détail noce Louis Danguy à Marchésieux (50)
Au violon, sans doute Alphonse David, de Lozon (50).
JPEG - 94.2 ko
Noce Lefèvre, secteur de Périgny (14)
Au violon, Alfred Drieu, de Saint-Vigor-des-Mézerets (14)

Si les archives sonores manquent dans plusieurs secteurs (comme le Bocage au Nord de Vire), plusieurs musiciens ont été enregistrés dans le Perche, le Domfrontais, le sud-Manche et le centre-Manche, permettant de se faire une idée des jeux de violon en usage en Normandie. Ils semblent assez proches de ceux des régions voisines du nord-ouest de la France (pays Gallo, Maine, Poitou...). Le jeu d’archet, rythmé pour la danse, est souvent détaché, avec (plus ou moins selon les musiciens) l’usage de la corde à vide inférieure pour doubler la mélodie. Les ornements aux doigts sont peu nombreux (trilles...). Le répertoire est composé d’airs à danser ou à la marche, et de chansons.

MP3 - 419.5 ko
Polka piquée - joué au violon par Ernest Bourré, de Saint-Fraimbault (61)
MP3 - 1.8 Mo
J’ai une pomme dans mon panier - joué par Louis Lebellanger, de Montreuil-sur-Lozon (50)

Comme pour les autres musiciens "de routine", il y avait des violoneux qui jouaient uniquement en famille, et d’autres, semi-professionnels, qui pouvaient animer le cortège de noce, le repas et le bal du soir, à raison de plusieurs noces par semaine ! Ceux-là avaient souvent un métier principal avec peu de contraintes d’horaires fixes : ils étaient artisans (menuisier, sabotier, maréchal-ferrant...), commerçants ambulants... ou cafetiers !

MP3 - 1.5 Mo
Témoignage et air de violon par André Grossot, de Saint-Siméon (61)
Témoignage d’André Grossot sur son apprentissage, suivi de l’air "En avant les cotillons rouges"
JPEG - 56.5 ko
Isidore Turquetil,violoneux à la Mancellière (50), montrant son atelier de sabotier.

Cette carte en cours de réalisation (cliquez sur le lien) est une ébauche de localisation des violoneux identifiés en Normandie qui jouaient à l’occasion des mariages ou autres fêtes de familles, des corvées agricoles, bals... Les renseignements sur ces musiciens proviennent de sources écrites (ouvrages, documents d’archive) et des témoignages oraux recueillis par les différentes générations de collecteurs depuis 1950 jusqu’à aujourd’hui, auprès des anciens musiciens et de leur famille ou de leur entourage.